?>
Saint Martin de Tours
Saint Martin de Tours est un personnage historique. Non, pas un saint légendaire comme certaines figures qui se perdent dans la nuit des temps mais un personnage qui fut bien réel. Martin apparaît comme le premier dont la sainteté ne dérive pas du compagnonnage direct avec le Christ (les apôtres) ou de mort violente comme témoin de la foi (les martyrs), mais de ses vertus, de sa vie, de ses miracles qu'il a accomplis.
 
 

Edit de Milan

L'empereur Constantin autorise la religion chrétienne dans l'empire romain et met fin aux persécutions contre les chrétiens.

313

Naissance de saint Martin

Saint Martin naquit à Sabaria, en Pannonie (aujourd’hui Szombathely en Hongrie), de parents païens. (date supposée)  

316

Enfance de saint Martin

Il passa sa jeunesse à Pavie (Ticinium), en Italie, où son père était militaire. A dix ans, il découvre la religion chrétienne en entrant dans une église.  

326

Martin entre dans l’armée romaine

A l’âge de quinze ans il est enrôlé de force dans la garde impériale romaine. En tant que fils de vétéran de l’armée, son grade lui permet d’avoir un esclave, mais il le traite comme son frère. Il parcourt une grande partie de l’Empire Romain d’Occident.  

331

La charité de Martin

Agé de dix-huit ans, en garnison en France, il partagea son manteau pour la donner à un pauvre qui mourrait de froid. (date supposée)  

334

Le songe de Martin

La nuit suivante, Martin voit apparaitre en songe le Christ revêtu de la moitié du manteau. Il eut alors la révélation de la foi et se convertit au christianisme. (date supposée)  

334

Le baptême de Martin

Bouleversé par cette vision, Martin décida aussitôt de se faire baptiser et de quitter l’armée.  (date supposée)     

335

Martin quitte l’armée

A Worms, sur le Rhin en Allemagne, Martin est sous le commandement du César Julien. Après avoir passé une nuit en prière avant un combat contre les Germains, il obtient miraculeusement de l’empereur, de quitter l'armée. (date supposée)

356

Rencontre avec Hilaire

Il se mit alors au service de Hilaire, évêque de Poitiers, en France, qui le forma et lui confia la fonction d’exorciste. (date supposée)

357 - 359

Retour en Pannonie

Parti retrouver ses parents dans sa Pannonie natale, il convertit sa mère ; mais son père refusa.  (date supposée)

357 - 359

Chassé de Milan, Martin s’isole sur une île

Il fit une première expérience de vie érémitique à Milan, chassé par les ariens, il se fit ermite sur l’île de Gallinaria, sur la côte ligure mais échappa de justesse à des plantes vénéneuses. (date supposée)

357 - 359

Fondation du premier monastère d'Occident

Puis, il revint en Gaule pour rejoindre saint Hilaire, évêque de Poitiers. Sur les conseils de celui-ci, Martin s’installa comme ermite près de Poitiers, et fonda le monastère de Ligugé, premier monastère d’Occident. (date supposée)

360

Martin devient évêque de Tours

Enlevé par les Tourangeaux qui voulaient en faire leur évêque, Martin fut élu évêque de Tours, le 4 juillet 371. Il garda un style de vie modeste, défendant partage et réconciliation.

371

saint Martin rencontre l’empereur Valentinien 1er

Martin se rendit à Trèves, capitale impériale,  (aujourd'hui Trier en Allemagne) pour demander une grâce à l'Empereur Valentinien 1er.

371-372

Martin fonde l’abbaye de Marmoutier

A partir de 375, Martin choisit un lieu solitaire et sauvage en amont de Tours et créa le monastère de Marmoutier, tout en demeurant évêque de Tours.

375

Saint Martin fonde les premières églises rurales

Martin commença son œuvre d'évangélisation des campagnes, d'abord en Touraine, puis dans toute la Gaule. Il fonda six paroisses rurales en Touraine : Saunay, Amboise, Ciran, Tournon-Saint-Pierre, Langeais et Candes. (date supposée)

376 - 383

La Messe de saint Martin

Saint Martin rencontre un pauvre sans vêtement. Il demande à son archidiacre de lui donner des habits. Celui-ci tardant, saint Martin donne ses vêtements au pauvre et s'habille finalement avec les quelques hardes que son archidiacre finit par ramener. Il célèbre la messe ainsi vêtu. Au moment de l'élévation de l'hostie, l'assemblée des fidèles voit une boule de feu qui symbolise la charité du saint. Ce dernier se trouve alors vêtu correctement. (date supposée)  

378 - 383

saint Martin rencontre l’empereur Maxime

Il se rendit plusieurs fois à Trèves pour défendre la cause de condamnés à mort auprès de l'empereur Maxime.

384 - 385

Le baiser au Lépreux

A son retour de Trèves, à la porte de Paris, il embrasse un lépreux qui guérit miraculeusement. C’est le baiser au Lépreux. (date supposée) 

386 - 398

Sulpice Sévère

Sulpice Sévère, son biographe contemporain, rédige la Vie de saint Martin puis, en 397, complète son texte avec le récit de la mort du saint.

396

Mort de saint Martin

Saint Martin, meurt le 8 novembre 397 à Candes, paroisse qu'il avait fondé et où il avait dû apaiser une querelle entre les clercs du lieu.

397

Enlèvement de la dépouille de saint Martin

Les Tourangeaux désirant conserver la dépouille de leur évêque, profitèrent du sommeil des Poitevins pendant la nuit pour déjouer leur surveillance, ils descendirent le cercueil dans un bateau et le transportèrent sur la Loire jusqu'à Tours.

397

L’été de la Saint-Martin

Du 8 au 11 novembre 397 : Son corps est ramené sur un bateau de Candes à Tours où il est inhumé le 11 novembre. Au passage du convoi, tous les bords de Loire se mirent à refleurir, c’est « l’Eté de la Saint-Martin ».

397

à partir de 404 jusqu'à 500

Vers 404 : Sulpice Sévère complète son premier livre par un nouveau livre sur les miracles de saint Martin (les « Dialogues »). Vers 430 : Brice, évêque de Tours, érige un petit édifice au-dessus du tombeau. Vers 470-480 : l'évêque Perpetuus fait construire une grande et magnifique basilique sur le tombeau et établit les dates et la liturgie des fêtes de saint Martin. Il commande une Vie de saint Martin en vers à Paulin de Périgueux. Vers 500, le pape Symmaque fait construire une église Saint-Martin à Rome.

404 - 500

Grégoire

Le célèbre auteur de l'Histoire des Francs, est évêque de Tours. Il rédige quatre livres de miracles de saint Martin. Son ami, Fortunat, poète et évêque de Poitiers vers 600, rédige une Vie de saint Martin en vers.

573 - 594
Facebook Twitter